Branques de Alexandra Fritz /68 Premières fois

Publié le: avr 26 2016 by Anita Coppet

UnknownJe l’ai reçu un beau matin, étonnée d’avoir en main ce nouveau-né. Ainsi l’aventure des 68 Premières fois repartait. Et un premier roman m’attendait. Sensible aux couvertures, j’ai aimé son rouge joyeux sur lequel le nom de l’auteur –Alexandra Fritz – chapeautait le titre « Branques ». Pressée, je n’ai pas pris garde au bandeau. J’aurais dû. Fébrilement, j’ai comme toujours sauté l’exergue, repérant au passage qu’elle était de Michel Foucault. Et je suis entrée dans le Journal de Jeanne. Deux lignes extraites d’une chanson de Janis Joplin m’ont fait sourire. Tiens, on avait les mêmes références. Et puis tout de suite, j’ai marché. J’ai même couru car je n’ai pas lâché ce premier rendez-vous avant la moitié du roman. Condamnée à revenir au quotidien et à ses obligations, je l’ai repris quelques heures plus tard et terminé d’une traite.

Pour vous convaincre de le lire, il faudrait que j’en cite des passages entiers, car l’écriture est belle. Savoir que tout se passe entre trois personnages d’un Hôpital Psychiatrique pourrait en décourager certains. Ils auraient tort. Ce n’est pas non plus ma tasse de thé les fous, leurs angoisses, leurs névroses. Trop de choses qui dérangent… Mais ces trois là, entraînant dans leur déraison, sont follement lucides. Ils souffrent du mal de vivre,  de mal d’amour,  de mal être et de la folie des « normaux ». Ils condensent nos peurs, nous ramènent à notre fragilité.  Quand j’ai refermé le livre, j’ai enfin remarqué cette phrase pourtant écrite en rouge sur le bandeau blanc, « Qui est fou ? » Nous, vous, moi…  Comment savoir ? Foucault l’avait bien dit : « Bref, je voudrais qu’un livre ne se donne pas lui-même ce statut de texte auquel la pédagogie ou la critique sauront bien le réduire; mais qu’il ait la désinvolture de se présenter comme discours : à la fois bataille et arme, stratégie et choc, lutte et trophée ou blessure, conjonctures et vestiges, rencontre irrégulière et scène répétable. »

 

Branques de Alexandra Fritz /68 Premières fois (Grasset)

Notre atelier d’écriture est heureux de participer à la seconde édition des 68 Premières fois

 

Soumettre le commentaire

*

*